Nous finirons ensemble

Aller en bas

Nous finirons ensemble Empty Nous finirons ensemble

Message par lénageoires le Sam 2 Nov - 11:30

Lorsque j’ai vu que Nous finirons ensemble était proposé à regarder dans l’avion je n’ai pas hésité une seule seconde pour en profiter de le voir une seconde fois. Très admirative du monde de Guillaume Canet et du volet qui précède ce film, j’ai donc décidé d’en faire une critique dans laquelle j’aimerais parler des personnages, des lieux, du sujet et analyser un peu cette oeuvre en faisant d’ailleurs parallèle avec Les petits mouchoirs (le premier volet).
Je voudrais préciser que j’ai lu de nombreuses critiques, assez négatives, ce qui m’a d’ailleurs étonné car les gens ont plutôt apprécié ce film, il me semble, et qui m’ont donc fait réfléchir car il est vrai que sur certains points, les auteurs de ces critiques ont raison. Mais je n’ai pas voulu que cela me déstabilise, je reste donc sur mon premier point de vu qui reste le même après une seconde expérience: j’adore ce film.
     L’histoire est en fait assez banale au départ, c’est un groupe d’amis qui se retrouve en vacances au Cap Ferret. Dans le premier il font face à un événement tragique, en effet leur ami, Ludo, qui est un personnage très important pour eux, est à l’hôpital à cause d’un accident de moto; mais on rejoint quand même le reste du groupe à l’océan. On fait donc face à leurs histoires, leurs problèmes, leurs relations etc… Tout ça accompagné d’une pointe d’humour et de beaucoup d’émotions. Dans le second film, ils sont toujours présent au Cap Ferret, les personnages ont évolué, encore une fois avec leurs histoires et leurs problèmes. Cela peut paraître redondant ou même ennuyant mais je promets que les personnages sont terriblement attachants, que la réalisation est magnifique, que les images sont sublimes, et que l’on pleure, puis que l’on rit.
     J’aimerais d’abord parler des personnages; on a donc Max (François Cluzet), Marie (Marion Cotillard), Eric (Gilles Lellouche), Antoine (Laurent Lafitte), Vincent (Benoît Magimel), Isabelle (Pascale Arbillot), Sabine (Clémentine Baert), Jean-Louis (Joël Dupuch) et plus secondaires, Nino, Valérie (qui fait partie des principaux dans le premier volet mais qui est très en retrait dans celui-ci), Alain, Nassim, Catherine… La plupart des personnages sont très recherchés et approfondis et c’est quelque chose que j’apprécie beaucoup en général. Marie fait partie de mes protagonistes préférés (elle est entourée de Eric et d’Antoine), elle est vulgaire, a un caractère très fort, n’est pas très responsable, elle est entière et honnête mais cependant touchante, sensible et fragile; son fils, Nino lui ressemble beaucoup car lui aussi est vulgaire et a un caractère prononcé mais reste très fragile. Eric est bienveillant et très drôle, Antoine lui aussi a sa part d’humour car c’est un vrai gosse, de plus, il a toujours son histoire avec Juliette (référence au premier film) et il m’a ému avec cette phrase : “Être amis, ce n'est pas être là tout le temps, c'est être là quand il faut ". Isabelle est une femme qui se dévoile un peu plus dans ce film, elle est forte et à présent sûre d’elle, elle accepte les choix de la vie. Vincent est assez complexe à comprendre, il a une part de sensibilité assez importante, je n’arrive en fait pas bien à cerner qui il est réellement parce qu’il m’a l’air assez dérangé, il a, je pense, quelque chose au fond de lui . Nassim est très lourd avec ses discours sur les choses naturelles qu’il découvre, la façon dont il parle etc.. Mais cela est donc interprété avec humour. Jean-Louis (qui est un ostréiculteur dans la vraie vie, ce n’est pas un acteur! C’est en fait un vieil ami à Guillaume Canet, ce dernier passait ses étés à travailler chez lui au Cap Ferret et lui a donc demandé d'interpréter ce personnage) est quelqu’un que j’apprécie beaucoup car il incarne la sagesse, il est bienveillant, compréhensif et gentil. Max est le plus vieux du groupe, il est morose, souvent énervé, maniaque mais il ne va pas bien, tout va mal pour lui. Quant à sa femme, qui est la nouvelle, il n’y a pas grand chose à dire sur elle ne serait- ce qu’elle est aidante envers Max. Et quelques nouveaux de plus, comme Alain (interprété par José Garcia) qui, je trouve, ne sert pas à grand chose.
     Au niveau des relations, il y en a bien sûr beaucoup trop, je vais donc seulement citer celles que je préfèrent ou qui me paraissent importantes; on retrouve celle de Marie et Eric, en effet, depuis Les petits mouchoirs ils se tournent autour et on retrouve cette attirance dans Nous finirons ensemble, soit bien des années après. Ils sont très proches, se taquinent souvent, et Eric ne veut que le bien de Marie et il est vrai que l’on tombe très rapidement amoureux de cette attachement. Il y a, dans ce film, une relation très touchante qui est celle de Marie et Nino, son fils, il nous semble qu’elle ne l’aime pas, qu’elle ne fait pas attention à lui, et c’est bien pour ça qu’il lui ressemble, lors de la scène du taxi au début du film Nino ferme la porte de la voiture avec son pied en jurant, après avoir été oublié par sa mère, puis quand il perd une dent au lieu que Marie réagisse comme elle devrait le faire avec un enfant de sept ans, elle n’en a rien à faire. Tous ses amis s’en rendent compte et voient à quel point cette relation n’est pas très saine, Nino est d’ailleurs très proche d’Antoine. Enfin j’aimerais finir par la relation entre Jean-Louis et le reste du groupe, c’est l’ostréiculteur qui garde le plus les pieds sur terre, c’est lui qui soutient chaque personnes et surtout lui qui rend compte de la vérité et des défauts de chacun, et c’est grâce à lui, surtout dans le premier volet, que les personnages comprennent leurs problèmes et leurs défauts. C’est comme ça que l’on peut voir que c’est un personnage bienveillant et qui incarne la sagesse.

     Pour écrire et réaliser ces deux films, Guillaume Canet s’est inspiré de sa vie, depuis tout petit il allait au Cap Ferret et travaillait chez Joël Dupuch (Jean-Louis, l’ostréiculteur), qui était un vieil ami il me semble. Puis plus tard et toujours maintenant, il partait là-bas avec Marion et Gilles, et voilà qu’après tout cela il a créé ces deux films. J’ai d’ailleurs trouvé que dans le second volet il y avait plus de paysages du Cap Ferret, comme on peut le voir avec l’ouverture du film sur le bassin d’Arcachon, filmé du ciel, ouverture qui permet de se remettre dans le bain petit à petit, et qui, je trouve, est magnifique. Par la suite on arrive dans la fameuse maison, où on revoit les lieux, les différentes pièces, ou encore le tuyau jaune qui exaspérera Max tout sa vie. Puis le groupe commence à arriver, on redécouvre les personnages, les enfants ont grandi, les adultes ont vieilli.
   Il y a de nombreuses images qui m’ont marquées, notamment celle où le bébé touche le visage de Max, je la trouve vraiment belle et on voit que cela fait du bien à ce personnage. Le moment où il saute en parachute avec Antoine et Marie est juste magique, ils se libèrent, on voit les paysages de haut, la musique est magnifique et…. Je n’ai clairement pas les mots tellement cette scène est sublime, j’y ai d’ailleurs laissé quelques larmes…  J’y en ai aussi laissé lors de la scène en mer, je ne peux rien dire, mais on ressent tellement les émotions des personnages, car les acteurs sont vraiment talentueux, qu’il y est impossible de rester impassible face à cette scène.
L’atmosphère est très chaleureux, surtout au moment où ils se retrouvent vraiment, quand ils dansent au coin du feu. J’ai beaucoup apprécié leur complicité, la façon dont ils sont soudés malgré tout, et biens sûr leur folie.
   Le scénario est plutôt bien et j’ai aussi remarqué que Guillaume Canet utilisait beaucoup de travellings. J’aime d’ailleurs énormément la façon dont il réalise, ainsi que les couleurs et la composition de l’image,et la bande son est géniale. De plus, j’adore le Cap Ferret car c’est un endroit où je vais presque tous mes étés depuis assez petite, que je trouve magnifique, et j’ai adoré reconnaître certains lieux..
   Le film se termine sur une image magnifique, sur un coucher de soleil (ou un lever?) où les personnages sont tous alignés (les arrosages qui se mettent en marche rajoutent un peu d’humour), cela montre leur unification. Ils finissent ensemble.


Nous finirons ensemble Nousfi10

lénageoires

Messages : 12
Date d'inscription : 15/09/2019

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum