La mort aux trousses

Aller en bas

La mort aux trousses Empty La mort aux trousses

Message par mei.cathala le Mer 18 Sep - 14:27

Le film "La mort aux trousses" a été réalisé par Alfred Hitchcock et écrit par le scénariste Ernest Lehman. Il est sorti en 1959 et dure 136 minutes. Le scénario a été en partie inspiré d'une histoire vraie ; l'affaire dite Galindez, un professeur enlevé en plein de NY. Le fil rouge de l'histoire est donc sensiblement le même sur des musiques de Bernard Herrman.

En pleine guerre froide, Roger Thornhill, gérant d'une société et joué par Cary Grant, se fait enlever par une bande de trafiquants majeure dirigée par Philipp Vandamm, joué par James Mason. Thornhill réalise très rapidement qu'il s'agit d'une méprise. En effet son enlèvement était une erreur d'identité et ses ravisseurs pensaient qu'ils avaient capturé un espion lancé à leur trousses du nom de Georges Kaplan.
Les bandits refusent de croire Thornhill et le forcent à boire (sans modération) avant de l'installer au volant d'une voiture volée. Le pauvre publicitaire conduit tant bien que mal provoquant panique et peur sur son passage. Il finit par se faire attraper par des policiers qui au vu de son état débauché ne croient pas un mot de son histoire. Bien décidé à faire la lumière sur cet horrible mépris, Thornhill se lance dans la traque de Kaplan à travers NY et Chicago. Il aidé par Eve Kendall une charmante jeune femme aux identités multiples jouée par Eva Marie Saint.

Dans ce film d'espionnage nous retrouvons les ingrédients clés de ce genre : l'amour et la mort se mêlent, les espions jouent au chat et à la souris avec les mafieux de la guerre froide. Hitchcock ajoute sa dose d'humour avec certaines scènes dont l'appel de Thornhill à sa mère alors qu'il est au commissariat ou encore la scène de l'hôtel où Thornhill s'attend à trouver Kaplan. D'autres plans sont particulièrement beaux comme le plan en plongée du building de l'ONU au moment où Thornhill s'échappe après avoir été accusé par la presse du meurtre de Townset. Je trouve qu'il y a un enchevêtrement de lignes très graphique et le fait de filmer Grant s'enfuyant seul en contre plongée du haut du building accentue le sentiment de solitude du personnage. Il y a aussi un autre plan que je trouve particulièrement esthétique et c'est celui où l'ambulance verte de Thornhill est garée presque à côté de la voiture blanche de Kendall et où les deux personnages sont sur le point de se quitter. Ils sont en forêt et la couleur de l'ambulance se fond un peu avec le décor vert sombre des feuilles et la voiture blanche au contraire ressort et crée un rappel du mont Rushmore en fond, blanc lui aussi.

Ce film est un très bon moyen pour nous faire passer de la peur au rire puis y retourner et vice-versa et enfin être soulagé après avoir vu le dénouement explosif qui est la course-poursuite au sommet du mont Rushmore et qui est aussi ma préférée.
mei.cathala
mei.cathala

Messages : 7
Date d'inscription : 17/09/2019
Localisation : Le plus souvent, en cours. Ou dans ma chambre, à voir...

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum